Ignorer les commandes du ruban
Passer au contenu principal

Detail
Fédération Nationale du Bâtiment et Travaux Publics (FNBTP)

REVUE DE PRESSE

L'Economiste | Chômage: Une baisse en trompe-l’œil

08 nov. 2018

Les indicateurs sur l’emploi et le chômage livrés par le Haut-Commissariat au plan (HCP) auraient pu être bons s’ils ne s’accompagnaient pas, encore une fois, d’une baisse du taux d’activité et d’emploi. Ainsi 122.000 emplois ont été créés au troisième trimestre et le taux de chômage a baissé à 10% contre 10,6% à la même période de l’année dernière.

Découragées, plusieurs personnes ne se présentent plus sur le marché du travail. 8% des chômeurs sont dans cette situation, une population qui compte 53% de jeunes âgés de 15 à 29 ans et 80% de diplômés. Le taux d’activité a ainsi reculé de 0,5 point à 45%.

Le phénomène est observé aussi bien dans le milieu rural que dans l’urbain et il touche les femmes plus que les hommes. L’écart des taux d’activité entre les deux sexes atteint 49,6 points! Seule une femme sur cinq environ en âge de travailler participe au marché de l’emploi!

Or, selon le Fond monétaire international, les coûts associés aux écarts entre hommes et femmes en termes de participation au marché du travail et d’entrepreneuriat atteindraient au total 46% du revenu par habitant comparativement à une situation où les femmes auraient le même niveau de participation et d’entrepreneuriat que les hommes!

chomage_baisse_3_087.jpg 
 

Le troisième trimestre s’est néanmoins caractérisé par la création de 122.000 emplois essentiellement dans des activités dominées par l’informel.
Dans le détail, les services ont créé 98.000 postes, principalement dans le «commerce de détail hors magasin» et les «services personnels et domestiques». L’agriculture, forêt et pêche a assuré 9.000 emplois alors que le BTP a perdu 4.000 postes. Dans le secteur de l’industrie y compris l’artisanat, 19.000 nouveaux emplois ont été enregistrés, en particulier dans l’industrie de l’habillement

Le taux d’emploi, c’est-à-dire le rapport entre la population active occupée et la population en âge de travailler, a baissé de 0,2 point à 40,5%. Autrement dit, moins de la moitié de la population en âge de travailler contribue actuellement à la création de richesse. Cette baisse est constatée dans les campagnes et dans les villes.

Le taux d’emploi au Maroc reste faible comparativement aux pays émergents où il tourne autour de 60% en moyenne. L’économie se caractérise par une faible capacité à insérer les jeunes et les femmes. L’écart entre les hommes et les femmes est important: 46,3 points avec des taux d’emploi respectifs de 64% et 17,7%.

Dans l’étude sur les nouvelles dimensions de l’emploi, le HCP a relevé que la proportion des femmes «exclues» du marché du travail atteint 10 millions dont 34,9% ont moins de 30 ans. Plus de sept femmes sur dix sont au foyer, 13,4% sont étudiantes et près des deux tiers ne disposent d’aucun diplôme.

chomage_baisse_2_087.jpg 
 

Les femmes et les jeunes sont les catégories les plus touchées par le chômage. Le taux de chômage des femmes est à 13,8% au niveau national et atteint 23,1% dans les villes. Il est de 27,5% parmi les «15- 24 ans» dont 44,7% parmi ceux qui vivent en ville, soit plus de 4 fois la moyenne nationale (10%). Les diplômés ont également du mal à trouver du travail. Leur taux de chômage dépasse la moyenne nationale de 7,1 points!

Au troisième trimestre, le chômage reste élevé parmi les femmes, les jeunes et les diplômés. Si, au niveau national, le taux de chômage des femmes atteint 13,8%, dans les villes, il est à 23,1%. Pour les 15-24 ans, il est à 27,5% et dépasse le niveau national de 34,7 points dans les villes.

Les jeunes âgés de 25-34 ans ne sont pas mieux lotis: 20,8% de taux de chômage au niveau urbain. Les diplômés sont également à des niveaux de chômage dépassant la moyenne nationale de plusieurs points. Il est particulièrement élevé parmi les détenteurs d’un diplôme de formation professionnelle (23,9%).

Globalement, 57% des personnes au chômage sont à la recherche de leur premier emploi et les deux-tiers sont sans travail depuis une année ou plus. Par ailleurs, 26,8% des chômeurs ont fait les frais d’un licenciement (21,9%) ou de l’arrêt de l’activité de l’établissement (4,9%).​

Adhesion

Quelque soient vos métiers, vos domaines d’activité, votre taille, votre localisation rejoignez la FNBTP

POURQUOI DEVENIR ADHÉRENT

LES BONNES RAISON POUR ADHERER

DEMANDER UNE ADHÉSION

DOSSIER DE DEMANDE D’ADHESION

PROCÉDURE D’ADHÉSION

CONTENU INDISPONIBLE
BTPExpo